Pourquoi l’auto-publication ?

Par défaut

Pourquoi avoir choisi l’auto-publication ? Tout d’abord, je précise qu’il s’agit bien d’un choix, je ne m’auto-publie pas par dépit, je ne suis pas désespérée de ne pas avoir été retenue par une quelconque maison d’édition. J’écris depuis une vingtaine d’année, j’ai terminé une quinzaine de romans pour la jeunesse et en tout et pour tout, je n’ai dû démarcher des maisons d’éditions que trois fois…

Il y a quelques années j’ai fait l’erreur de confier l’un de mes écrits à une pseudo maison d’édition sur Internet (je tairais le nom ici, j’en ai déjà beaucoup dit sur mon précédent blog). L’une des pires erreurs de ma vie, car outre le fait que cet éditeur ne fait absolument pas la promotion de vos livres, il ne vous verse en plus aucun centime sur vos droits d’auteur, en arguant le fait qu’il faut avoir vendu 100 exemplaires pour toucher vos royalties. Or, je n’en avais vendu « que » 70… De plus, la couverture, blanche, impersonnelle au possible, n’était pas du tout vendeuse pour mes romans qui sont des histoires fantastiques pour la jeunesse. J’ai essayé par tout les moyens de récuperer mes droits sur mon ouvrage, en vain, j’ai laissé tombé la bataille, consacrant mon énergie à autre chose…

Cette mauvaise expérience m’aura en tout cas fait me tourner vers l’auto-publication pour mon roman suivant.

Sheyanne est donc sorti des presses début 2009, et a été vendu principalement dans mon entourage à une centaine d’exemplaires. J’avais travaillé avec la plateforme TheBookedition. J’en ai été très satisfaite : créer son propre livre est, finalement, assez facile ; et si vous avez quelqu’un dans votre entourage qui possède quelques notions de graphisme, vous pouvez créer la couverture dont vous rêvez. TheBookedition ne vous ment pas : ils ne sont pas là pour faire la promo de votre ouvrage, tout ce côté-là est de notre fait. Par contre, leur forum est bien alimenté et, je trouve, donne de bons conseils, en ce qui concerne notamment tout le côté administratif (ISBN, dépôt légal…)

Je n’avais pas fait de demande ISBN pour Sheyanne (numéro unique pour chaque livre, obligatoire si vous voulez vendre votre livre en dehors de votre entourage seul), je me disais que peut-être, je serai tenté de l’envoyer à des maisons d’édition…en fait, je ne l’ai envoyé qu’à une seule…

Il y a quelques semaines, j’ai fait une mise à plat de ce que je désirais faire finalement de mes romans. Et j’ai réalisé que ce que je voulais, c’était avant tout être lue. Je ne compte pas gagner ma vie en écrivant et encore moins devenir une auteure connue, je veux simplement faire partager ce que je fais. Travaillant en plus dans le métier des livres, j’en ai vu passé des livres, des bons comme des moins bons. J’ai fais de belles découvertes avec de toutes petites maisons d’édition comme j’ai pu être très déçue par des plus grandes. Et, pour moi, être officiellement éditée n’est pas forcément un gage de qualité. Si j’en avais eu les moyens, j’aurais pu créer moi-même ma propre maison d’édition mais ce n’est pas le cas.

Je désire maintenant faire ma propre auto-publication, avec cette fois-ci un numéro ISBN, un dépôt légal et tout ce qu’il faut pour ne pas me retrouver coincée si l’avenir m’offre la possibilité d’être lue et achetée en dehors de mon cercle familial et amical.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s