En ce lieu enchanté

Par défaut

En ce lieu enchanté
de Rene DENFELD
aux éditions Fleuve Noir

Quelque part aux États-Unis, dans une prison. Le narrateur attend dans le couloir de la mort, qu’il appelle le donjon. Il ne parle pas, n’a jamais parlé, lui qui a passé sa vie entre hôpital psychiatrique et pénitencier. Mais il observe, pour le lecteur, le monde « enchanté » de la prison où des chevaux d’or courent dans les profondeurs de la terre et des petits hommes frappent les murs de leurs minuscules marteaux. Il observe le prêtre déchu qui porte sa croix en s’occupant des prisonniers, le garçon aux cheveux blancs qui arrive là, seul et vulnérable, et les monstres, ces détenus et gardiens qui peuplent la prison, comme Agee, le plus terrifiant d’entre tous. Et puis un jour arrive la Dame, décidée à sauver la vie de York, l’un des prisonniers, qui a pourtant choisi de mourir… (Source Fnac)

Coup de coeur de mon libraire local, je me suis laissée convaincre par ce roman dont la couverture ne me laissait pas insensible. On plonge donc en prison, dans ce fameux « couloir de la mort » où les condamnés attendent le dernier jour de leur vie dans l’obscurité, sans fenêtre et sans visite. On suit principalement le narrateur principal, un prisonnier un peu fou, qui ne parle pas mais qui dévore des livres et qui regarde avec beaucoup d’attention ce qui se passe autour de lui. Mais on suit également un narrateur omniscient, qui nous fait sortir de la prison, qui suit la Dame (jamais nommée) dans ses investigations pour découvrir la vérité sur le prisonnier York qu’elle a décidé de sauver.

La lecture de ce roman n’est très facile, on a parfois du mal à s’y retrouver, surtout qu’en général, les personnages ne sont pas nommés. On plonge aussi dans l’horreur humaine, pas seulement à travers les différents meurtres commis par les prisonniers mais aussi à travers l’enfance horrible de ces condamnés.

Mon ressenti pour ce roman est assez mitigé. A des moments, j’avais l’impression de revivre des scènes des films Les Evadés ou encore La Ligne verte, deux films que j’ai adoré. Mais l’écriture ne m’a pas plus que ça emballé. A plusieurs reprises, j’ai décroché, sans forcément m’en rendre compte, m’obligeant à relire ce que je venais de survoler.

Ceci dit, cela reste un bon livre, différent de ce qu’on peut lire dans le genre « policier ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s