Her

Par défaut

Her
de Spike JONZE

Her

Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux… (Source Allocine)

Dès sa sortie en salle, j’avais tout de suite été intrigué par ce film. Le thème de cette histoire d’amour entre un homme et une « voix » (celle de Scarlett Johansson) dans un futur proche, avait de quoi me plaire. Il avait tout naturellement rejoint la liste de nos films à voir (petite étiquette dans notre boîte magique). C’est donc avec intérêt que nous avons découvert cette nouvelle oeuvre du réalisateur de « Dans la peau de John Malkovitch » et de « Max et les maximonstres ».
Nous sommes donc ici dans un futur proche, pas énormément différent de notre époque si ce n’est les moyens de communication qui ont évolué et se sont améliorés. Les hommes ne communiquent plus directement entre eux, ils sont reliés quasi tout le temps à une oreillette, sorte d’ordinateur, à qui ils peuvent demander de lire leur mail, etc. Cela m’a un peu fait pensé à la première scène des humains dans « Wall-E ». Les hommes ne se voient même plus, ils n’existent que par leur téléphone ou visiophone. Theodore fait donc partie de ce futur proche. Seul depuis peu, il fait l’acquisition d’un système d’exploitation ultra perforant, et ultra intelligent. Il choisit une voix de femme et commence entre eux une relation assez incroyable. Car « Samantha », nom que le système s’est lui-même choisi, évolue à chaque seconde et plus qu’une aide, elle devient littéralement une vraie personne avec des pensées, des sentiments et des interrogations. On ne voie jamais Scarlett Johansson à l’écran mais son interprétation est tout de même magistral. Joaquim Phoenix campe lui aussi parfaitement Théodore. Les deux acteurs, aussi présents l’un que l’autre, forment un couple improbable et émouvant, ce qui fait toute la force du film.

Mise à part quelques petites longueurs peut-être, Her est un petit bijou cinématographique. Pas beaucoup d’action, mais tellement d’émotion et de justesse qu’il m’a fait chaviré. Une merveille à découvrir.

Publicités

"

  1. J’avais aussi été très intriguée à la sortie du film! Mais je n’avais pas été le voir parce que j’avais peur de m’ennuyer… Peut-être que je devrais essayer de le voir d’après ce que tu en dis 🙂

    • Ah oui, comme quoi… perso, c’est vrai qu’à la base, c’est un réal que j’aime beaucoup mais j’avoue que c’est un peu particulier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s