Morwenna

Par défaut

Morwenna
de Jo WALTON
aux éditions Denoël

Morwenna Phelps, qui préfère qu’on l’appelle Mori, a eu un terrible accident de voiture qui l’a laissée handicapée et l’a privée à jamais de sa soeur jumelle. Comme elle soupçonne sa mère, passionnée de magie noire et à demi folle, d’être à l’origine de ce drame, elle s’enfuit. Son père, dont elle ignore tout, la recueille et la place dans un pensionnat chic. L’amour des livres mais aussi leur magie vont permettre à Mori de supporter le quotidien dans cette institution stricte. Mais elle ne sera vraiment libre que quand elle aura percé tous les secrets qui entourent son étrange famille. (Source Fnac)

Morwenna, dite Mori, est donc une jeune galloise de 15 ans qui, après s’être échappé de chez sa mère, est recueillie par son père et les trois soeurs de celui-ci. Elle est très vite envoyée en pension, dans une école typiquement britannique (pensez à Harry Potter). Passionnée par la littérature de l’imaginaire, notamment la science-fiction, elle passe tout son temps libre à lire. Peu à peu, au fil des pages, on apprend l’existence d’une soeur jumelle, décédée dans un accident de voiture où Mori elle-même est ressortie gravement blessée. La jeune fille lit tellement qu’elle finit par trouver une bibliothèque qui accepte de lui faire venir (via le magnifique « prêt entre bibliothèque ») tous les livres qu’elle souhaite lire. De fil en aiguille, elle intègre aussi le club lecture de la bibliothèque, dédié, qui plus est, à la science-fiction. A côté de ça, on apprend aussi que Mori est différente des autres jeunes filles. Déjà, elle parle de sa mère comme étant une sorcière (au sens propre du terme) et elle-même parvient à voir des fées et d’autres êtres surnaturels.

Ce roman m’a énormément plu. Déjà, il est un puissant hommage à toutes les littératures de l’imaginaire et cela, déjà, ne pouvait que me plaire. La passion de Mori pour la lecture et les bibliothèques est très forte également et a forcément résonné comme un écho en moi. Le fait qu’elle voue un véritable culte aux bibliothèques m’a fait fondre également. J’aurais tellement aimé l’avoir comme lectrice ! (Même si j’ai aussi des lecteurs extrêmement passionnés).

Le petit côté surnaturel, présent en mini-touches, avec ces rencontres avec les fées donne au livre une dimension fantasmagorique que j’ai beaucoup apprécié aussi. Ces scènes passent finalement très bien car l’auteur dose son écriture à ces moments et on y croit, car elle n’en fait pas trop.

Bref, une chouette lecture, pour bien commencer l’année, que je conseille vivement !

L’auteur n’en est pas à son premier coup d’essai et elle est connu et reconnu dans le cercle des auteurs de fantasy.

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s