Damnés

Damnés
de Chuck PALAHNIUK
aux éditions Sonatine

Madison, 13 ans, est la fille d’une star du cinéma et d’un producteur milliardaire. Élevée dans la religion du fun et de la culture pop, elle passe un Noël ennuyeux seule dans son pensionnat en Suisse, tandis que ses parents se consacrent à leurs projets professionnels et à l’adoption d’orphelins du tiers-monde. Mais un événement inattendu va venir illuminer ses vacances : sa mort subite. Débarquée en enfer, elle y fait la connaissance d’une bande de jeunes marginaux, une jolie fille, un sportif, un geek et un rocker, soit la version Six Feet Under de Breakfast Club. Alors qu’elle se lance dans l’exploration de ce nouvel environnement, qui lui réserve de multiples surprises, Madison se remémore sa courte existence pour essayer de comprendre ce qui a bien pu la mener à la damnation. Pour découvrir, aussi, les raisons de sa mort.
En enfer, vous ne pouvez pas faire un pas sans bousculer quelqu’un de célèbre : Marilyn Monroe, James Dean, Susan Sontag. River Phoenix, Kurt Cobain. John Lennon, Jimi Hendrix, Jim Morrison, Janis Joplin. Un Woodstock permanent. Mais si l’enfer est pavé de bonnes intentions, la prose de Chuck Palahniuk ne l’est pas. Et le royaume de Satan qu’il décrit, frappé de tous les vices imaginables et de quelques-uns imaginés pour l’occasion, comme celui consistant à torturer les damnés en leur projetant en boucle Le Patient anglais, n’est rien comparé à son portrait ultradécapant du show-biz et des hautes sphères de notre société. (Source Fnac)

J’ai terminé la lecture de ce roman il y a plusieurs jours et comme à chaque fin de lecture, j’attends justement quelques jours avant de faire sa note, histoire de digérer un peu et de me rendre compte du ressenti qu’il me reste. Pour Damnés, c’est étrange, je n’arrive pas encore à savoir si j’ai aimé ou non… Je n’avais jamais rien lu de Chuck Palahniuk mais je sais que c’est un auteur complètement déjanté qui a notamment écrit Fight Club. Je me doutais du coup que cette lecture serait un peu « trash ». Ah ben je n’ai pas été déçue sur ce coup-là !

L’histoire débute donc avec Madison, une ado un peu boulotte de 13 ans, fille de parents célèbres, qui se réveille en Enfer, enfermée dans une cage dégoutante. Sa première et unique question sera : Pourquoi a-t-elle été damnée ? Qu’a-t-elle pu faire pour ne pas aller au Paradis, puisqu’elle a tout fait sur Terre pour être une petite fille modèle ? Pendant tout le roman, elle s’adresse à Satan lui-même et décide de le trouver. En compagnie d’autres damnés, elle traverse donc les Enfers… Au fil de son avancée, elle évoque sa vie sur Terre, fille de parents du show-biz où l’apparence est l’unique motivation, où l’alcool et la drogue circulent comme n’importe quel aliment, où les actions sont motivées par ce qu’on pourra en dire… Une vie complètement hors du commun, rien à voir avec ce que vivent les ados ordinaires.

A côté de ça, on suit sa traversée des Enfers, digne des plus grands films d’horreur, avec des descriptions absolument « dégueu ». L’Enfer est donc alimenté de tous les rebuts de l’humanité. On trouve ainsi des océans d’ongles coupés, de morve, de sperme, ou de bébés avortés. On croise des stocks de bras ou de jambes amputés et on peut rencontré des divinités démoniaques plus hideuses les unes que les autres. En Enfer, on ne peut pas mourir, mais on peut malgré tout être mangé ou découpé en plusieurs morceaux par des démons.
Tout ce côté-là, que j’ai trouvé osé et malgré tout ambitieux, est très bien décrit.

Après, j’ai moins aimé la fin, je l’ai trouvé un peu facile et je n’ai pas trop compris finalement où l’auteur voulait nous emmener. Mais les mots « A suivre » en toute fin de livre me fait dire qu’il y aurait éventuellement une suite. Je ne suis pas sûre de trouver la motivation nécessaire pour replonger dans cette atmosphère particulièrement glauque.

Publicités

2 réflexions sur “Damnés

  1. Cela fait des années que je n’ai pas lu un roman de Palahniuk, mais ton article m’a donné envie de découvrir ce bouquin ! J’avais adoré « Survivant » qui, pour l’instant, est mon Palahniuk préféré. Son scénario est peut-être encore plus fou que celui de Fight Club 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s