Auteur or not auteur ?

Par défaut

Voui, voui, je sais, je vous vois déjà venir… Vous vous dites, « tiens, on est le 26 mars, peut-être qu’elle va nous annoncer qu’elle a terminé de réécrire Sheyanne ? ».

Eh ben non… pas encore… Il me reste 16 000 caractères, soit pas grand chose, mais je dois dire que cette semaine, j’ai un peu lâché du leste. Déjà, j’ai travaillé exceptionnellement lundi dernier et ça a un peu foutu ma semaine en l’air. En fait, j’ai dû faire 500 km en voiture et ça m’a tué direct. Trop crevée le soir pour écrire, trop épuisée le lendemain aussi… Puis chouchou est parti pour son propre travail à Paris jusqu’à demain soir et là aussi, épuisée de mes journées bien remplies, je n’ai donc pas réussi à écrire une ligne depuis dimanche dernier.

Je ne perds pas pour autant mon objectif ultime qui est, je le rappelle, de finir avant le 31 mars (j’ai encore quelques jours, haut les cœurs !)

Non, aujourd’hui je voulais vous parler du terme d' »auteur » ou d' »écrivain ». Depuis que j’écris (soit depuis mes douze ans), je n’ai jamais réussi à m’identifier à l’un ou l’autre de ces deux termes. Ils me paraissent lointains, pas pour moi, presque inatteignables… Pourtant, sur ma page Facebook, j’ai noté cette notion d’auteur sous mon nom mais je n’arrive pas à m’identifier à cette appellation. Je ne peux pas les employer, j’aurais l’impression d’être une imposture.

De même, j’ai beaucoup de mal à parler de « romans » quand j’évoque mes écrits. Quand on me le demande, je précise que j’écris des histoires, à destination des enfants ou ados, dans le genre fantastique, mais j’ai du mal à parler de « romans ». Comme si le terme, de la même manière, renvoyait à une œuvre bien trop professionnelle, que je ne maîtrise pas.

Ainsi, quand on parle de moi en disant que je suis une « auteur » ou bien encore une « écrivain », j’atténue toujours la déclaration en disant que j’écris des histoires dans mon coin, sans plus. Est-ce une affaire de modestie ? Je ne sais pas… Mais pour moi, les véritables auteurs ou écrivains sont ceux qui sont officiellement édités. Pourtant, je considère tout autant comme auteur les personnes qui s’auto-publient.(vous voyez bien mon côté paradoxal, hein !)

La question que je me suis donc posée est : si un jour j’ai la chance-le kiff-le miracle (choisissez votre mention) d’être publiée, est-ce que je parlerai de moi comme étant auteur ou écrivain ? A bien y réfléchir, je pense que non, j’aurais toujours autant de mal…

Je reste donc pour l’instant une « apprentie-écrivain » et je crois que j’aurais encore du travail (tant sur l’écriture que sur moi-même) pour me considérer un jour comme un véritable « auteur »…

Et je ne parle même pas ici des féminisations de ces termes ! Auteure, autrice, écrivaine… je crois que j’aime encore moins…
Publicités

"

  1. Pas simple en effet, on a toujours l’impression de « péter plus haut que son cul »… et en même temps, tellement de bœufs se disent écrivains ou auteurs, que ne pas vouloir l’être est également une forme d’élitisme, s’pas ? 🙂

    • moui, si on veut… 😉 ce qu’il y a, c’est que j’ai tellement peu confiance en ce que je fais que j’aurais même du mal à me sentir un jour à la hauteur de ces « pseudo » écrivains.

  2. J’éprouvais les mêmes difficultés que toi et puis, maintenant, je le dis plus facilement. Mais il reste toujours cette impression d’être un faussaire, de ne pas être véritablement ce qu’on prétend. Comme toi, plus jeune, je pensais que le statut d’écrivain était inaccessible. Au final, je pense que ce sont les autres qui peuvent nous décerner le titre d’écrivain et non nous-même. 😀 Et puis, après, le principal est d’écrire. 😀

    • oui, tu as raison Bénédicte ! je me souviens encore, quand j’ai découvert ton blog, je me souviens que tu parlais « d’écrivain en devenir » et j’avais beaucoup aimé la formulation ! ^^ Et je te confirme que je te considère comme un véritable écrivain , hein ! 😉

  3. Il m’a fallu très longtemps pour accepter cette dénomination, donc je comprends tout à fait ton sentiment. Ce n’est pas beaucoup plus facile de le croire après avoir été publiée (ça m’a pris plus de deux romans, personnellement ^^). Tu écris tous les jours, ou presque, c’est ta passion, et cela ne changera pas. Que tu sois publiée ou non, ce n’est pas vraiment ce qui fera de toi un auteur. C’est ta façon de vivre ta passion, d’écrire encore et encore. C’est un peu le sens de mon article ici: http://lisesyven.com/2015/03/10-choses-quetre-publiee-ne-changent-pas/

    • eh ! coucou toi ! ravie de te voir par ici ! ^^ oui, je me suis beaucoup retrouvée dans ton article, et même si je ne suis pas publiée ! merci pour tes encouragements en tout cas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s