Interstellar

Par défaut

Interstellar
de Christopher NOLAN

Interstellar

Le film raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire. (Source Allocine)

Difficile de résumer ce film et je vois que le site-même d’Allocine a bien du mal à mettre des mots sur cette œuvre inclassable. J’ai donc vu Interstellar… Cela fait d’ailleurs plusieurs jours déjà et pas mal d’images restent fixées dans mes souvenirs, tant ce film m’a marqué.
Un homme, Cooper, est donc envoyé dans l’espace avec plusieurs autres scientifiques afin de trouver une autre planète où les humains pourraient reconstruire l’humanité. La Terre se meure et avec elle, tous ses hôtes. Les astronautes ont effectivement découvert une sorte de trou noir (« trou de ver ») à travers lequel ils peuvent accéder à d’autres galaxies et, potentiellement, d’autres planètes. Mais le voyage ne se passe pas du tout comme prévu.
L’immensément grand de l’espace face à notre ridicule existence est un des grands thèmes de ce film ainsi que ses différentes dimensions et notamment la distorsion temporelle. Ainsi, une minute passée dans une autre galaxie peut équivaloir à 10 ans de vie terrienne. Des thèmes qui m’ont toujours passionnée, moi qui adore regarder les étoiles en me perdant dans l’immensité du ciel. J’ai en mémoire d’ailleurs la scène finale de Men in black 1 où notre univers ne serait en fait qu’une bille jouée par des extra-terrestres.
J’avoue, au début du film, j’ai eu un peu peur. En effet, pas mal de dialogues m’ont paru assez incompréhensibles, j’avais quelques difficultés à suivre toutes ces théories de physique quantique, de gravité, de dimensions tordues… Et puis je me suis laissée emportée. Il faut dire que les décors sont sublimes, les effets spéciaux à couper le souffle (c’est Nolan, quoi ! Le réalisateur d’Inception) et le jeu d’acteurs absolument épatant. J’ai adoré retrouver Matthew McConaughey (le fabuleux acteur de Dallas Buyers Club), ainsi que la magnifique Anne Hathaway qui m’épate de plus en plus.
J’ai eu de nouveau quelques craintes à la toute fin du film, la dernière demi-heure, qui part un peu « en vrille ». On se retrouve au cœur de cette distorsion temporelle et spatiale et la scène est assez surréaliste et ésotérique. En général, je n’apprécie pas ce genre d’action, trop « philosophique », trop « planante », trop incompréhensible. Mais là, j’ai adoré !

Je ne sais pas encore si Interstellar sera mon gros coup de cœur cinématographique de l’année mais il restera tout en haut de mon classement parce que vraiment, il est incroyable !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s