Quand l’écriture rattrape l’imagination…

« Ca va trop vite ! »

Voilà bien quelque chose que je ne m’étais encore jamais dit dans mes aventures de plume. Mais comme il faut un début à tout, c’est désormais chose faite !

Je m’explique… Depuis que j’écris, depuis l’âge de douze ans donc, je mets un certain temps avant de finir une histoire. Je peux avoir des périodes d’écriture boulimiques, alignant les mots et les pages sur plusieurs jours d’affilés puis je peux tomber dans des périodes désertiques, sans la moindre phrase pondue et cette période peut même durer plusieurs mois.
Il est vrai que ce travail en dent de scie est forcément difficile pour rester imprégné de son histoire et il m’arrivait souvent de relire tout ce que j’avais écris depuis le début d’un roman pour pouvoir mieux continuer.

Cela explique donc que pour pas mal de mes écrits, il faut attendre des années parfois avant que j’en pose le point final.

Mais récemment, je me suis reprise en main et j’ai décidé de m’astreindre à écrire tous les jours et un minimum de 3000 signes. Même si j’ai dû réduire un peu la cadence, me contraignant à écrire les jours de semaine sans inclure le week-end qui est chargé par d’autres contraintes personnelles. J’arrive à tenir cette cadence depuis maintenant plusieurs semaines et j’enfile les mots, les paragraphes et les chapitres. Je me suis même dit que je n’avais jamais autant écrit de toute ma vie sur autant de jours d’affilés.

Je ne pensais que rien ne pourrait m’arrêter mais je me retrouve devant un problème que je ne pensais pas connaître : je suis obligée de faire une pause pour réfléchir à mon intrigue.

Effectivement, comme j’ai dû vous le dire dans une précédente note, je travaille beaucoup au « feeling ». J’ai une intrigue principale, je sais où je vais, j’ai tous mes personnages en tête, je visualise bien les scènes clés… Mais entre elles, j’écris à l’instinct. Pour mon propre cas, ça fonctionne plutôt bien et je n’ai jamais eu de souci de pages blanches ou de grosses incohérences dans mon récit. Car jusque là, entre chaque période d’écriture, j’avais bien le temps de réfléchir à la suite des événements.

Or là, vu que j’enfile les scènes, je me suis retrouvée coincée. Mon écriture avait rattrapée ce que j’avais imaginé. Je me retrouve donc « forcée » de faire une petite pause (je viens d’en faire une d’une semaine) pour bien cogiter à la suite des aventures de mes héros. Ceci étant fait, la musique qui m’inspire ayant été réécoutée plusieurs fois, je vais pouvoir reprendre la plume sereinement… Il y aura peut-être d’autres moments de pause comme celui-ci mais je garde un unique objectif : terminer le premier jet de Taryann, la malédiction du lac avant le 31 décembre 2015.

Publicités

2 réflexions sur “Quand l’écriture rattrape l’imagination…

  1. Parfois, les pauses s’imposent 🙂
    Bravo en tout cas pour avoir réussi à tenir le rythme ! Quelle est donc cette musique qui t’inspire ?
    Il faudra que j’aille faire une petite visite à ton challenge (tant de beaux challenges, et si peu de temps … snif)

    • oui, je suis comme toi, j’en suis quelques-uns aussi mais les autres je n’ai décemment pas le temps de les suivre… Pour la musique, en tout cas pour Taryann, il s’agit de la BO de Harry Potter et les Reliques de la mort (2ème partie). En fait, je travaille beaucoup en BO, chaque roman a sa propre musique ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s