Memorex

Par défaut

Memorex
de Cindy Van Wilder
aux éditions Gulf Stream

Memorex par Van Wilder

2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l’île familiale. Un an qu’Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s’est muré dans une indifférence qui la fait souffrir.
Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l’île : c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au cœur de l’énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoites de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.

Si vous ne connaissez pas Cindy Van Wilder, sachez qu’elle a écrit une trilogie « Les Outrepasseurs » qui a été mon énorme coup de cœur lecture de 2014.  J’étais donc impatiente de découvrir ce nouveau roman, même si je savais qu’il serait complètement différent.
Effectivement, si les Outrepasseurs était une série fantastique, voire fantasy, Memorex est bien de la science-fiction. Je l’aurais presque même classé en polar…

On suit donc Réha, jeune héroïne, traumatisée après l’attentat dont elle a été victime et qui lui a pris sa mère. Depuis, plus rien n’est comme avant. Son frère jumeau a notamment complètement changé d’attitude depuis ce jour funeste. Réha revient donc sur son île familiale pour fêter Thanksgiving avec Aïki et la petite amie de ce dernier qu’elle n’apprécie pas du tout. Mais rien ne se passe comme prévu car ils se retrouvent prisonniers avec leur père dans leur propre maison, à la merci de « terroristes » qui veulent s’emparer de codes donnant accès aux recherches de la société Memorex. Pendant cet enfermement, plusieurs vérités vont éclater…

J’ai beaucoup aimé le style « haché » du roman, d’une part par l’écriture, qui est beaucoup plus brute que celle des Outrepasseurs mais qui colle justement mieux au genre, et d’autre part par les chapitres qui se succèdent, alternant différents points de vue et différentes époques. Au début, j’étais un peu perdu d’ailleurs, ne sachant pas trop où on allait. Et puis le fil se dénoue, on comprend peu à peu, à l’instar de l’héroïne, ce qu’on lui cachait et ce qui s’est réellement passé.

J’ai beaucoup aimé ce huis-clos où Réha et les siens se retrouvent quand ils reviennent sur l’île, avec un compte à rebours qui met en place une tension bien nette. J’ai adoré aussi la relation que Réha entretient avec la petite amie de son frère. Elle la déteste au début mais leur relation évolue, une évolution toute en douceur et en justesse que j’ai beaucoup apprécié.

Je me doutais un peu de la fin, mais cela n’enlève rien à la qualité du récit. Je suis admirative du talent incontestable de Cindy Van Wilder qui sait aussi bien maitriser les genres.

Memorex n’est pas un coup de cœur total, il m’a manqué un « petit je ne sais quoi », mais j’y pense encore, alors que plusieurs semaines se sont écoulées depuis que j’ai refermé la dernière page. Et ça, c’est plutôt bon signe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s