Archives de Tag: Ecriture

Mon P’tit bilan de mai

Par défaut

BD LUES

Irena de Jean-David Morvan, Séverine Tréfouël, David Evrard
Tome 1 : Le Ghetto
Tome 2 : Les Justes
https://i1.wp.com/www.glenatbd.com/images/albums/9782344020098/9782344020098-L.jpg
1940, l’armée nazie a envahi la Pologne. À Varsovie, les Juifs de la ville ont été parqués dans le ghetto : un quartier entier entouré de murs. Quiconque tente de s’en échapper est abattu sans sommation ; les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du département d’aide sociale. Parmi eux, Irena vient tous les jours apporter vivres et soutien à ceux qui sont enfermés dans cet enfer et qui souffrent de maladies et de malnutrition. Ici, tout le monde la connait, les enfants l’adorent. Car Irena est un modèle de courage : elle n’hésite pas à tenir tête aux gardiens, à faire toujours plus que ce qu’autorise l’occupant nazi. Le jour où, sur son lit de mort, une jeune mère lui confie la vie de son fils, Irena se met en tête de sortir clandestinement les orphelins du ghetto. Pour que l’innocence soit épargnée de la barbarie, elle doit être prête à risquer sa vie.
une BD en l’honneur de cette courageuse femme qui sauva tant de vie. Les dessins enfantins atténuent un peu l’horreur de la situation.

Rose de Denis Lapière, Emilie Alibert, Valérie Verney
Tome 1

Un jour, le père de Rose Klein est abattu dans de mystérieuses circonstances et son corps, retrouvé sur la plage, comme pour une lugubre mise en scène. Livrée à elle-même, la jeune femme s’improvise détective et se lance en quête de réponses, sans se douter qu’elle va se heurter à des énigmes qui dépassent le simple domaine du naturel… Et si la vérité était liée à ce don étrange qu’elle a de se dédoubler et qu’elle ne s’explique pas, à cette « maladie » qui l’accompagne depuis sa naissance ?
une histoire un peu tirée par les cheveux mais qui se laisse lire.

Collaboration horizontale de Mademoiselle Navie et Carole Maurel
 
1942, Paris, Passage de la Bonne Graine.  Rose, pour sauver son amie juive, Sarah, décide d’intervenir auprès de l’officier chargé de l’enquête. Rose est mariée à un prisonnier de guerre, avec qui elle a un enfant. Pourtant elle va se lancer dans une passion avec cet Allemand qui va lui révéler la femme quelle est.
« Collaboration Horizontale » », c’est l’histoire d’un amour interdit, d’une communauté de femmes solidaires, du quotidien d’un immeuble sous l’occupation… Entre héroïsme et trahison, il n’y a qu’un pas, souvent dangereux.
coup de cœur pour cette BD ! le quotidien d’un immeuble dans le Paris occupé. Des histoires de femmes différentes mais toutes attachantes.

La Fille maudite du Capitaine Pirate de Jérémy Bastian

Port Elisabeth, Jamaïque, 1728. La Fille Maudite du Capitaine Pirate part à la recherche de son père disparu, l’un des redoutés flibustiers des mythiques mers d’Omerta. Cette héroïne intrépide nous entraîne rapidement dans des aventures marines et même sous-marines, à la rencontre de pirates tordus et teigneux, de créatures mythiques et autres fantasmagories se dévoilant comme des poupées russes. Sorte d’Alice au pays des pirates, ce récit rempli d’humour est servi par un dessin incroyablement détaillé que l’on croirait tout droit sorti d’une gravure du XIXe.
Les premières pages m’ont bluffées et émerveillées, puis la surprise passée, j’ai décroché de l’histoire. Un peu trop fouilli pour moi, j’ai trouvé difficile la lecture d’image. Cela reste une très belle BD !

Naragam de Le Galli et Mike
Tome 1 : La Quête de Geön
Tome 2 : L’Appel des Primordiaux
https://i2.wp.com/www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_239289.jpg
Geön vit au fin fond des marais de Jahîm. Petit Twörb à la vie monotone, il na quun seul rêve : quitter son univers étriqué et rejoindre l’Antique Cité des Primordiaux. De sa rencontre avec le cynique Sajiral, le Derkomaï, et Bròg, le naïf combattant de la Grande Arène, naîtra une quête mémorable qui bouleversera le monde ancien et agonisant de Naragam.
Pas complètement entrée dans l’histoire, je verrai avec le tome 2…

SUIVIES DE SERIES LUES


LIVRES LUS

Le Bureau des jardins et des étangs de Didier Decoin

Empire du Japon, époque Heian, XIIe siècle. Être le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, n’empêche pas Katsuro de se noyer. C’est alors à sa jeune veuve, Miyuki, de le remplacer pour porter jusqu’à la capitale les carpes arrachées aux remous de la rivière Kusagawa. Chaussée de sandales de paille, courbée sous la palanche à laquelle sont suspendus ses viviers à poissons, riche seulement de quelques poignées de riz, Miyuki entreprend un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers forêts et montagnes, passant de temple en maison de rendez-vous, affrontant les orages et les séismes, les attaques de brigands et les trahisons de ses compagnons de route, la cruauté des maquerelles et la fureur des kappa, monstres aquatiques qui jaillissent de l’eau pour dévorer les entrailles des voyageurs. Mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l’homme qu’elle a tant aimé, et dont elle est certaine qu’il chemine à ses côtés, donnera à Miyuki le pouvoir de surmonter les tribulations les plus insolites, et de rendre tout son prestige au vieux maître du Bureau des Jardins et des Étangs.
Oh comme cette lecture fut longue et laborieuse ! Je me dis maintenant que j’aurais du en abandonner la lecture mais bon… Très bien écrit, le Japon du Moyen Age, ce roman avait tout pour me plaire. Mais le charme n’a pas pris. Trop long, trop contemplatif, il n’était pas pour moi.

Le Dimanche des mères de Graham Swift

Angleterre, 30 mars 1924. Comme chaque année, les aristocrates donnent congé à leurs domestiques pour qu’ils aillent rendre visite à leur mère le temps d’un dimanche. Jane, la jeune femme de chambre des Niven, est orpheline et se trouve donc désœuvrée. Va-t-elle passer la journée à lire ? Va-t-elle parcourir la campagne à bicyclette en cette magnifique journée ? Jusqu’à ce que Paul Sheringham, un jeune homme de bonne famille et son amant de longue date, lui propose de le retrouver dans sa demeure désertée. Tous deux goûtent pour la dernière fois à leurs rendez-vous secrets, car Paul doit épouser la riche héritière Emma Hobday. Pour la première – et dernière – fois, Jane découvre la chambre de son amant ainsi que le reste de la maison. Elle la parcourt, nue, tandis que Paul part rejoindre sa fiancée. Ce dimanche des mères 1924 changera à jamais le cours de sa vie.
Un texte court et très beau, très poétique. J’ai beaucoup aimé l’ambiance et l’époque où se situait l’histoire. J’ai moins aimé les retours en arrière ou les points de vue du futur, disposés un peu comme ça au hasard.

 

FILMS VUS

La Fille du train de Tate Taylor

 La Fille du train : Affiche
Rachel prend tous les jours le même train et passe tous les jours devant la même maison. Dévastée par son divorce, elle fantasme sur le couple qui y vit et leur imagine une vie parfaite… jusqu’au jour où elle est le témoin d’un événement extrêmement choquant et se retrouve malgré elle étroitement mêlée à un angoissant mystère.
Je n’aurais pas attendu longtemps avant de voir le film après avoir lu le livre ! Adaptation très réussie, j’ai beaucoup aimé que le film garde ce côté « haché », pour alterner le point de vue de chacune des trois femmes.

Les Figures de l’ombre de Théodore Melfi

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.
j’adore ce genre d’histoires vraies et le film est une belle réussite. Se battre parce qu’on est une femme et surtout parce qu’on est noir, dans un milieu masculin, scientifique et misogyne au possible… je leur tire mon chapeau !

Split de M. Night Shyamalan

Kevin a déjà révélé 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune, à sa psychiatre dévouée, la docteure Fletcher, mais l’une d’elles reste enfouie au plus profond de lui. Elle va bientôt se manifester et prendre le pas sur toutes les autres. Poussé à kidnapper trois adolescentes, dont la jeune Casey, aussi déterminée que perspicace, Kevin devient dans son âme et sa chair, le foyer d’une guerre que se livrent ses multiples personnalités, alors que les divisions qui régnaient jusqu’alors dans son subconscient volent en éclats.
L’idée de départ me séduisait énormément et j’avais d’ailleurs lu la biographie de l’homme qui a inspiré Shyamalan. Les acteurs sont au top mais ça ne rattrape pas forcément un scénario un peu trop tiré par les cheveux. La fin m’a déçue par contre (je ne spoilerai rien !)

La Belle et la Bête de Bill Condon
https://i0.wp.com/fr.web.img2.acsta.net/r_1280_720/pictures/17/01/16/16/04/495776.jpg
Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.
J’attendais avec hâte de voir ce film. Je savais que ça chantait beaucoup, donc je n’ai pas été surprise de ce côté-là, je ne pensais pas par contre qu’ils reprendraient les chansons du dessin animé. Encore une fois, ma déception ne vient pas tant du film, mais de la VF (obligée car vu avec les enfants). Je me prévois une séance en Vo tout bientôt car je pense que je l’apprécierais mieux. Pas mal fait quand même.

Lion de Garth Davis
https://i1.wp.com/fr.web.img2.acsta.net/r_1280_720/pictures/17/01/25/09/36/363964.jpg
Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village. Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?
Enorme coup de coeur pour ce film ! Bouleversant et incroyable. Il m’a tellement touché que j’ai fait pas mal de recherche ensuite sur Saroo et sa famille. Et l’idée du titre, qu’on ne comprend qu’à la toute fin, est tout simplement sublime.

L’Odyssée de Jérôme Salle

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.
Un film plus porté sur la vie de l’homme que sur celles de ses découvertes. J’ai beaucoup aimé la façon dont il évolue et comment il finit par voir les problèmes écologiques. Et je trouve que c’est très bien joué ! (Moi qui ne suis pas une fan de films français)


SERIES VUES

Walking Dead
Saison 7

pfiou… ça y est, on est à jour sur cette série… Pas sûre qu’on la suive encore après, on est un peu lassé sur le coup. Une saison qui démarre sur un « What the fucke ?!!! » mais où il n’y a pas grande chose ensuite…

Publicités

Mon P’tit bilan d’avril

Par défaut

BD LUES

Pupa de Mogi Sayaka
Tome 1, Tome 2

Yume et Utsutsu sont frère et soeur.
Après une enfance marquée par la violence de leur père, ils se sont retrouvés livrés à eux-mêmes. Un jour, en rentrant de l’école, une mystérieuse femme les somme sans explication de rentrer chez eux avant d’apercevoir des papillons rouges. Peu après, la fragile Yume se réveille au milieu de cadavres : elle est devenue un horrible monstre avide de chair fraiche. Utsutsu va alors découvrir qu’ils ont été exposés à un virus mortel et que le seul moyen de sauver celle qu’il aime tant est d’accepter l’impensable…
un univers onirique, cauchemardesque et assez trash mais que j’ai tout simplement adoré. Je suis définitivement fan de l’imagination des mangaka japonais.

Shi de Zidrou
Tome 1: Au commencement était la colère

Pour cacher un scandale qui pourrait nuire à la prestigieuse Exposition universelle, le cadavre d’un nourrisson est enterré dans les jardins du lieu qui accueille cet événement. Deux femmes, une noble anglaise et une Japonaise, la mère de l’enfant, partent en croisade contre l’Empire britannique pour élucider ce crime. Entre société secrète et manipulation corruptrice, les deux jeunes femmes que rien ne lie vont s’unir pour exposer la face cachée d’une machination infernale.
Une BD qui se lit comme le prologue d’une histoire. J’attends la suite maintenant.

Shangri-La de Mathieu Bablet
Shangri-la par Bablet
L’espace infini. L’Homme et Tianzhu Enterprises. Tianzhu TV, TZ-Phones, Tianzhu-Tab, Tianzhu Fitness, Tianzhu Burgers, Tianzhu Immobilier, Tianzhu Bank… Le monde est parfait car Tianzhu Enterprises veille à votre bonheur.
Alors je n’ai pas tout compris mais j’ai été bluffée par l’imagination et les sublimes dessins des vaisseaux et de l’espace de l’auteur. Par contre, je n’ai pas du tout aimé les dessins de ses personnages. Très très spécial !

Comme un garçon de Jenny
Tome 1 : Le Défi

Charlotte est la demi-soeur de Xavier. Leur jeu favori consiste à se défier sans cesse. Et Charlotte perd toujours. À l’adolescence, la tradition perdure jusqu’au jour où, en guise de gage, elle accepte de passer une année déguisée en garçon dans un collège exclusivement masculin tout en pariant qu’elle ne se fera pas prendre. Adieu vie de princesse et bains moussants, une vie compliquée démarre pour elle.
Sur le papier, j’aimais bien l’idée d’une fille qui doit se déguiser en garçon mais je m’attendais à une sorte d’obligation plutôt qu’à un simple défi. C’est dommage, ça aurait rendu l’idée plus crédible. Sinon, une BD très girly qui plaira aux pré-ados !

Joséphine Baker de Catel et José-Louis Bocquet

Joséphie Baker a 20 ans quand elle débarque à Paris en 1925. En une seule nuit, la petite danseuse américaine devient l’idole des Années Folles, fascinant Picasso, Cocteau, Le Corbusier ou Simenon. Dans le parfum de liberté des années 1930, Joséphine s’impose comme la première star noire à l’échelle mondiale, de Buenos Aires à Vienne, d’Alexandrie à Londres. Après la guerre et son engagement dans le camp de la résistance française, Joséphine décide de se vouer à la lutte contre la ségrégation raciale. La preuve par l’exemple : au cours des années 1950, dans son château des Milandes, elle adopte douze orphelins d’origines différentes, la tribu arc-en-ciel. Elle chantera l’amour et la liberté jusqu’à son dernier souffle.
Un magnifique roman graphique en noir et blanc sur l’une des plus belles figures féminines noires du XXème siècle. Je ne connaissais pas bien son histoire, maintenant j’en ai une grande admiration. Un très bel hommage !

S’enfuir de Guy Delisle
https://i0.wp.com/www.guydelisle.com/wp-content/uploads/2016/07/couv-final-1.2.jpg
En 1997, alors qu’il est responsable d’une ONG médicale dans le Caucase, Christophe André a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été enlevé en pleine nuit et emmené, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue. Guy Delisle l’a rencontré des années plus tard et a recueilli le récit de sa captivité – un enfer qui a duré 111 jours. Que peut-il se passer dans la tête d’un otage lorsque tout espoir de libération semble évanoui ?
Une BD tout en simplicité, où il ne se passe pas grand chose, et c’est ça qui est angoissant. Même si on connait l’issue de l’histoire à l’avance, on stresse autant que le personnage de savoir ce qui va se passer. Une belle réussite !

 

SUIVIES DE SERIES LUES

    


LIVRES LUS

Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker

La guerre est imminente. Lorsque le père de Peter s’engage dans l’armée, il oblige son fils à abandonner Pax, le renard qu’il a élevé depuis le plus jeune âge et envoie le garçon vivre chez son grand-père à cinq cent kilomètres de là. Mais Peter s’enfuit à la recherche de son renard.  Pendant ce temps, Pax affronte seul les dangers d’une nature sauvage et se trouve confronté à ceux de son espèce. Un garçon et son renard que la vie sépare, l’histoire d’une indéfectible amitié. Un roman d’aventures d’une intensité bouleversante.
Une très belle histoire d’amitié comme je les aime ! Un renard qui doit apprendre à vivre dans la nature et un jeune garçon qui doit apprendre à vivre… tout simplement.

La Fille du train de Paula Hawkins

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.
Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…
J’ai adoré ! Le scénario, les personnages, le mystère et le dénouement… j’ai été happée du début jusqu’à la fin. Vivement que je visionne le film !

Quelques minutes après minuit de Patrick Ness

Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l’apparence d’un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.
Wouahou ! Une lecture coup de point que ce roman. Magnifique, terrifiant mais bouleversant surtout. Hâte de voir le film également !

Carry on de Rainbow Rowell

Simon Snow est entré en dernière année d’école de magie à Watford. Il aimerait étudier tranquillement mais, dès son arrivée, Agatha rompt avec lui et le mage tente de l’isoler pour le protéger de Humdrum. Baz, son ennemi juré, arrive à l’école avec six semaines de retard et se rapproche de lui pour découvrir qui est responsable de la mort de sa mère.
Enormissime coup de cœur ! Et pourtant, c’était pas gagné. Les premières pages, je me suis dit : « y en a marre de ces auteurs qui piquent l’idée de Harry Potter et qui refont l’histoire sans originalité ». Et puis, tout bascule. Rainbow Rowell casse tous les codes de ce qu’on connait du monde de la magie et j’ai dévoré le livre en quelques jours. Les personnages me manquent déjà…

 

FILMS VUS

Star Trek : sans limites de Justin Lin

 
Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.
j’ai adoré ! je ne pensais pas être autant emballée par ce film mais c’est ce qui s’est passé. J’ai adoré le côté visuel, bluffant, et j’ai beaucoup aimé l’histoire, avec cet humour que j’aime tant.

Ballerina de Eric Sumer et Eric Warin

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…
Une très belle réussite pour ce film d’animation français qui n’a rien à envier à ces voisins américains. En plus, sur le monde de la danse, cela ne pouvait que me plaire. Par contre, mon coup de g… va vers les doublages. J’en ai marre qu’on mette des voix de « star » sur des personnages qui n’ont rien à voir ! Ici, je n’ai vraiment pas du tout accroché aux voix, et certaines faisaient même ridicules. Vraiment, ça m’a gâché le film.

Captain Fantastic de Matt Ross

Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris.
Gros coup de coeur ! Un magnifique ode à la vie et à la nature, un petit bijou-ovni comme je les aime. Les enfants sont touchants, Viggo est extraordinaire. A voir absolument !

The Voices de Marjane Satrapi
https://i0.wp.com/fr.web.img4.acsta.net/pictures/15/02/12/14/09/450206.jpg
Jerry vit à Milton, petite ville américaine bien tranquille où il travaille dans une usine de baignoires. Célibataire, il n’est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s’entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco. Jerry voit régulièrement sa psy, aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu’il apprécie de plus en plus Fiona – la délicieuse Anglaise qui travaille à la comptabilité de l’usine. Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire – du moins tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments…
Complètement déjanté et atypique, on ne tombe pas pour autant dans le lourdingue. Original à souhait, on ne sait pas si on doit rire ou être choqué. Peut-être un peu des deux… L’acteur est phénoménal !

Peter et Elliott le Dragon de David Lowery

Depuis de longues années, M. Meacham, un vieux sculpteur sur bois, régale les enfants du coin avec ses histoires sur un féroce dragon qui vivrait au plus profond de la forêt voisine. Pour sa fille Grace, garde forestière de son état, tout ceci n’est que contes à dormir debout… jusqu’au jour où elle fait connaissance avec Peter. Ce mystérieux petit garçon de 10 ans – qui dit n’avoir ni famille ni foyer – assure qu’il vit dans les bois avec un dragon géant baptisé Elliott. Et la description qu’il en fait correspond étonnamment à celui dont parle son père… Avec l’aide de la jeune Natalie – la fille de Jack, le propriétaire de la scierie -, Grace va tout mettre en oeuvre pour découvrir qui est vraiment Peter, d’où il vient, et percer le secret de son incroyable histoire…
Bon, il faut dire ce qui est, le film n’a rien à voir avec le premier, mis )à part cette histoire d’amitié entre un petit garçon et un dragon. Mais si on met de côté cela, j’ai beaucoup aimé ! Le scénario est prévisible mais j’ai adoré les paysages et Elliott, bien évidemment, avec sa bouille si craquante. Mais s’il vous plait, monsieur les scénaristes, arrêtez de faire des histoires aussi tristes : mes deux enfants étaient en pleurs !

Beauté cachée de David Frankel

Suite à une terrible tragédie, un publicitaire new-yorkais à la réussite exemplaire sombre dans la dépression. Ses collègues échafaudent alors un stratagème radical pour l’obliger à affronter sa souffrance de manière inattendue…
Mouais… l’idée de départ était pourtant bonne. La personnification de l’Amour, Le Temps et la Mort… Mais les personnages sont survolés, je n’ai eu aucun attachement pour personne, même pas pour un Will Smith qu’on a envie de secouer. Dommage, la fin m’a pourtant bien eu !


SERIES VUES

Westworld
Saison 1

A Westworld, un parc d’attractions dernier cri, les visiteurs paient des fortunes pour revivre le frisson de la conquête de l’Ouest. Dolores, Teddy et bien d’autres sont des androïdes à apparence humaine créés pour donner l’illusion et offrir du dépaysement aux clients. Pour ces derniers, Westworld est l’occasion de laisser libre-cours à leurs fantasmes. Cet univers bien huilé est mis en péril lorsqu’à la suite d’une mise à jour, quelques robots commencent à adopter des comportements imprévisibles, voire erratiques. En coulisses, l’équipe, qui tire les ficelles de ce monde alternatif, s’inquiète de ces incidents de plus en plus nombreux. Les enjeux du programme Westworld étant énormes, la Direction ne peut se permettre une mauvaise publicité qui ferait fuir ses clients. Que se passe-t-il réellement avec les androïdes ré-encodés ?
Génialissime ! Énorme coup de cœur ! On a dévoré les 10 épisodes en un temps record. Si on avait deviné certaines choses avant la fin, on a réussi à se faire avoir sur d’autres choses. Une série qui devrait finir dans les meilleures séries qu’on ait vu, si les producteurs ne gâchent pas tout en faisant des saisons à n’en plus finir.

Avancée du mois d’avril

Par défaut

Désolée pour ce silence radio mais comme à chaque fois, si je ne publie pas d’article, c’est que je n’ai pas grand chose à raconter…

Bon, en vrai, j’ai un peu avancé, mais pas autant que je l’aurais voulu.

Dans mon dernier article parlant d’écriture, je vous avais laissé sur la fin des premières corrections de Taryann, la malédiction du lac.
https://i0.wp.com/cdn.pcwallart.com/images/lake-at-night-with-moon-wallpaper-2.jpg
Depuis, et bien l’histoire est partie rejoindre des mains expertes pour traquer les incohérences de l’histoire, incohérences que je ne vois pas en tant qu’auteur.
Pour ce travail, j’ai choisi 5 relecteurs (dont 2 grenouilles) de confiance. Certains sont des proches, mais je sais qu’ils ne m’épargneront pas. Le premier d’entre eux n’est autre que Chouchou et ses premiers retours sont vraiment très pertinents ! Comme quoi, on ne pense pas à tout !
 friends reading read matthew perry chandler bing GIF
bon en vrai, si Chouchou fait cette tête-là, je m’inquiéterais peut-être…

Sheyanne. Ben oui, va falloir que je m’y mette… Là, je n’ai rien avancé. Pourtant, j’ai hâte d’en finir avec cette histoire, la boucler une bonne fois pour toute mais le fait de sortir tout juste de corrections freine un peu mes ardeurs… Mais ça va le faire ! Surtout que j’ai prévu d’alterner avec du nouveau !

Et le nouveau, c’est le début d’un nouveau roman : Le Cercle des Ombres. Alors je vous arrête tout de suite… Je n’ai pas encore écrit une seule ligne. Mais ce n’est plus qu’une histoire de jour ! Car j’ai terminé le listing de mes personnages, j’ai également fait un synopsis « global » (pas trop détaillé non plus parce que je suis plutôt jardinière en matière d’écriture, sous entendu que je ne prépare pas trop à l’avance ce qui va se passer). Avec ce syno, je vois que mon histoire s’enchaîne bien. Je n’ai quasiment pas de vide ou de questions en suspens.
Et surtout, tout est enfin écrit noir sur blanc sur mon beau cahier ! Car depuis plusieurs années que j’ai cette histoire en tête, j’avais tout le scénario en mémoire. Heureusement que je ne souffre pas d’amnésie !
Et d’écrire ce résumé global, j’ai d’autres idées qui se sont greffées. Je suis en mode « imagination boost » ! Et ça, j’aime bien !
 minions banana despicable me minion despicable me 2 GIF

Je compte également faire quelques fiches personnages (une première pour moi) et je pourrais enfin me lancer concrètement ! Hâte hâte hâte !

Affaire à suivre…

Mon P’tit bilan de Mars

Par défaut

BD lues

Chi, une vie de chat de Konami Kanata
Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4, Tome 5, Tome 6, Tome 7
  Résultat de recherche d'images pour "chi une vie de chat tome 4" Résultat de recherche d'images pour "chi une vie de chat tome 5" Résultat de recherche d'images pour "chi une vie de chat tome 6" Résultat de recherche d'images pour "chi une vie de chat tome 7"
Que faire quand on est un mignon petit chaton et que d’un coup, on se retrouve tout seul ? Pleurer ? Ne rien faire ? Attendre ? Non, il y a plus drôle que ça : découvrir le monde ! Du jardin public à la maison, des chaussures au vétérinaire, des balles rebondissantes aux plantes d’appartement… La vie de chat est pleine de joies et de surprises. Et avec Chi, elle l’est encore plus. Miaaou. ..
un manga trop mignon sur les aventures d’une petite chatte. Tellement proche de nos amis les chats !

Les Brumes de Sapa de Lolita Séchan
Les Brumes de Sapa par Séchan
Peut-on être amis quand tout nous sépare ? Les étapes qui construisent nos vies d’adulte sont-elles les mêmes lorsqu’on a des existences très éloignées ? Obstacles du quotidien, premiers amours, premiers travails, rapport aux parents… Sur fond de transformation du Vietnam, deux jeunes femmes que tout sépare vont vivre une amitié de celles qui montrent que certaines questions sont universelles…
Une très belle BD sur une amitié atypique, artistiquement très riche, toute en noir et blanc.

Les Enfants de la baleine de Abi Umeda
Tome 5
Résultat de recherche d'images pour "les enfants de la baleine tome 5"

La Loterie de Miles Hyman

Dans un village de la Nouvelle-Angleterre, chaque année, au mois de juin, on organise la Loterie, un rituel immuable, où il est moins question de ce que l’on gagne que de ce que l’on risque de perdre à jamais.
J’ai beaucoup aimé cette BD adaptée d’une nouvelle de la grand-mère de l’auteur. Une montée angoissante, sans trop savoir où l’on va, et un final auquel je ne m’attendais pas… J’ai donc prévu de lire la nouvelle pour comparer !

Arte de Kei Ohkubo
Tome 5

L’Attaque des titans de Hajime Isayama
Tome 9
https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/81RV9ZFEVKL.jpg

Astrid Bromure de Fabrice Parme
Tome 3 : Comment épingler l’Enfant sauvage

Ninn de Darlot et Pilet
Tome 2 : Les Grands Lointains
https://i2.wp.com/www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782875803139_1_75.jpg

Aliénor Mandragore de Séverine Gauthier et Thomas Labourot
Tome 2 : Trompe La Mort
Image associée
Undertaker de Xavier Dorison et Ralph Meyer
Tome 3 : L’Ogre de Sutter Camp
https://i1.wp.com/bdi.dlpdomain.com/album/9782505065388/couv/M320x500/undertaker-tome-3-l-ogre-de-sutter-camp.jpg

Le Loup en slip de Lupano, Itoïz et Cauuet
https://i0.wp.com/bdi.dlpdomain.com/album/9782505067207/couv/M320x500/le-loup-en-slip-tome-1-le-loup-en-slip-one-shot.jpg
Le loup terrorise la forêt et ses habitants qui vivent continuellement dans la peur de se faire croquer les fesses. Jusqu’au jour où le loup descend dans la forêt… Méconnaissable ! Le loup ne fait plus peur du tout, il n’a plus le regard fou ni les poils dressés ! Mais comment vivre sans la peur, quand la peur est devenue l’unique moteur ?
Entre BD et album, une histoire super bien faite autour de la peur du loup. J’ai beaucoup aimé la chute finale.

 

Livres lus

No Home de Yaa Gyasi
Résultat de recherche d'images pour "no home"
Maama, esclave Ashanti, s’enfuit de la maison de ses maîtres Fantis durant un incendie, laissant derrière elle son bébé, Effia. Plus tard, elle épouse un Ashanti, et donne naissance à une autre fille, Esi. Ainsi commence l’histoire de ces deux demi-sœurs, Effia et Esi, nées dans deux villages du Ghana à l’époque du commerce triangulaire au XVIIIe siècle. Effia épouse un Anglais et mène une existence confortable dans le fort de Cape Coast, sans savoir que Esi, qu’elle n’a jamais connue, est emprisonnée dans les cachots du fort, vendue avec des centaines d’autres victimes d’un commerce d’esclaves florissant avant d’être expédiée en Amérique où ses enfants et petits-enfants seront eux aussi esclaves. Grâce à un collier transmis de génération en génération, l’histoire se tisse d’un chapitre à l’autre : un fil suit les descendants d’Effia au Ghana à travers les siècles, l’autre suit Esi et ses enfants en Amérique.
très gros coup de cœur pour cette saga au cœur de l’Afrique Noire ! Chaque chapitre est dédié à un seul personnage (Effia, Esi puis leur descendance à chacune). Et en un seul chapitre, on arrive à s’attacher à ces différents personnages au passé si différent. Magnifique et bouleversant.

Le Jardin arc-en-ciel de Ito Ogawa

Izumi, jeune mère célibataire, rencontre Chiyoko, lycéenne en classe de terminale, au moment où celle-ci s’apprête à se jeter sous un train. Quelques jours plus tard, elles feront l’amour sur la terrasse d’Izumi et ne se quitteront plus. Avec le petit Sosûke, le fils d’Izumi, elles trouvent refuge dans un village de montagne, sous le plus beau ciel étoilé du Japon, où Chiyoko donne naissance à la bien nommée Takara-le-miracle ; ils forment désormais la famille Takashima et dressent le pavillon arc-en-ciel sur le toit d’une maison d’hôtes, nouvelle en son genre.Il y a quelque chose de communicatif dans la bienveillance et la sollicitude avec lesquelles la famille accueille tous ceux qui se présentent : des couples homosexuels, des étudiants, des gens seuls, des gens qui souffrent, mais rien de tel qu’un copieux nabe ou des tempuras d’angélique pour faire parler les visiteurs ! Tous repartiront apaisés. Et heureux.Pas à pas, Ogawa Ito dessine le chemin parfois difficile, face à l’intolérance et aux préjugés, d’une famille pas comme les autres, et ne cesse jamais de nous prouver que l’amour est l’émotion dont les bienfaits sont les plus puissants.On réserverait bien une chambre à la Maison d’hôtes de l’Arc-en-ciel !
A la fois surprenant et poétique. J’ai beaucoup aimé, même si j’ai trouvé quelques longueurs. Un hymne à la vie, à l’amour mais aussi à la nature…

Films visionnés

Une Vie entre deux océans de Derek Cianfrance


Quelques années après la Première Guerre mondiale en Australie. Tom Sherbourne, ancien combattant encore traumatisé par le conflit, vit en reclus avec sa femme Isabel, sur la petite île inhabitée de Janus Rock dont il est le gardien du phare. Mais leur bonheur se ternit peu à peu : Isabel ne peut avoir d’enfant… Un jour, un canot s’échoue sur le rivage avec à son bord le cadavre d’un homme et un bébé bien vivant. Est-ce la promesse pour Tom et Isabel de fonder enfin une famille ?
J’avais adoré le livre, j’ai adoré le film, superbement bien adapté et magnifiquement bien interprété par Michael Fassbender et Alicia Vikander. Sortez les mouchoirs mais regardez-le !

The Lady in the Van de Nicholas Hytner

Dans les années 1970, à Londres, Alan Bennett, auteur de pièces de théâtre, habite le quartier de Camden Town. En face de chez lui, une drôle de vieille dame vit dans une camionnette. Peu à peu, une étrange relation se développe entre eux, et Miss Shepherd finit par s’installer dans l’allée de la maison de Bennett…
j’ai adoré ce film adaptée d’une histoire vraie… Une Maggie Smith au meilleur de sa forme, une sortie de Tatie Danielle anglaise absolument détestable mais tout aussi adorable.

Rogue One de Gareth Edwards III

Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’Étoile de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire.
Alors j’avais entendu beaucoup de bien de ce film, chouchou était ressorti ravi de sa séance au ciné alors qu’il n’est pas fan de Star Wars, j’en attendais donc beaucoup. Et j’ai été déçue. Non pas par la qualité du film, il est très beau, visuellement impeccable, le scénario tient la route mais j’ai trouvé un petit gout de trop peu. Les personnages ne sont pas assez développés et j’ai décroché du film à pas mal de moment. Dommage…

Séries vues

Walking Dead
Saison 6

Quand tu finis ta première phase de corrections

Par défaut

Désolée pour le silence radio des dernières semaines mais je n’avais pas grand chose à raconter.
J’étais toujours sur ma première phase de corrections de Taryann, la malédiction du lac et celle-ci a pris plus de temps que je pensais dû à ma procrastination chronique et à mon manque de temps.

Ces derniers temps, effectivement, je n’arrivais plus à trouver un moment sur ma pause déjeuner pour me pauser et corriger. La faute à beaucoup de travail (professionnellement parlant) et à mon « coup de barre de midi » qui me faisait basculer sur autre chose plutôt que sur les corrections.

Du coup, je me suis reprise en main, et je suis revenue à une méthode qui fonctionnait bien à l’époque où j’avais réécrit Sheyanne : le lever à 6h30.


Bon, en fait, je me lève même à 6h24 précise, car j’inclus 1 min pour me lever du lit et me sortir du sommeil, 5 min de méditation (c’est tout nouveau, mais ça m’aide à me réveiller) puis j’attaque l’écriture pendant 30 min. C’est très efficace et comme je suis plus du matin que du soir, j’avance bien.

C’est ainsi que j’ai donc bouclé mes corrections une semaine avant la date limite (que j’avais fixé au 31 mars).


Et maintenant ?

Et bien comme je l’ai précisé, il s’agit d’une première phase de corrections. C’est loin d’être fini. En effet, pour l’instant, j’ai corrigé uniquement les problèmes de fond (qui ont trait à l’intrigue, à l’histoire). Je n’ai pas du tout corrigé la forme (répétitions, grammaire, orthographe) car je tiens d’abord à faire relire ce que j’ai déjà fait. Il n’y a rien de pire que de corriger une histoire, supprimer les coquilles, le rendre nickel sur la forme pour que l’on vous dise ensuite que votre histoire est nulle et qu’il faut tout réécrire…

Donc, la suite du programme est l’envoi à trois ou quatre relecteurs, pour voir si mon histoire tient la route, si je n’ai pas de gros souci de compréhension ou de scénario improbable. Après, eh ben 2ème phase corrections, en incluant les corrections de formes, puis relecture encore et toujours…

Dans mon planning, j’aimerais pouvoir l’éditer à la rentrée de septembre.


Et en attendant ?

Vous vous doutez bien que je ne vais pas rester sans rien faire ! Et pour ça, j’ai décidé d’alterner 2 projets.
Si vous vous souvenez bien, j’ai toujours ma deuxième version de Sheyanne à éditer. Mais avant, je vais devoir corriger les fautes de forme sur le manuscrit, et le passer à la moulinette du logiciel Antidote qui deviendra, je pense, mon meilleur ennemi ami.

Mais comme je ne voulais pas enquiller directement que sur des corrections, j’ai décidé de commencer mon nouveau projet en parallèle : Le Cercle des Ombres. J’ai besoin de neuf, d’écriture, de nouveaux personnages…

Affaire à suivre donc !